PDF versionPDF version

Veille

En 1998, la norme expérimentale française XP X 50-053 de l’AFNOR définit la veille comme une « activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc. pour en anticiper les évolutions ».

L'ADBS précise qu'il s'agit d'un « dispositif organisé, intégré et finalisé de collecte, traitement, diffusion et exploitation de l'information » .

La veille répond à un besoin et éventuellement à la demande d'un commanditaire. La curation, elle, consiste également à sélectionner et partager des informations mais répond plutôt à une envie, à un intérêt personnel. Les outils présentés ici restent cependant tout à fait utilisables pour de la curation.

Les enjeux de la veille et les différents types de veille

Pratiquer une veille permet de surveiller son environnement et de connaître ses évolutions. La veille peut ainsi permettre d'anticiper en détectant les risques et les dangers associés à des concurrents, de nouvelles réglementations...Elle viendra alors en appui à la prise de décision. Mais les informations récoltées peuvent également permettre de développer de nouvelles idées et donc de dynamiser l'innovation.

On distingue trois grandes familles de veille :

  • La veille technologique (veille industrielle, veille scientifique, veille métier....) consiste à surveiller les nouveautés techniques ou scientifiques et leurs applications.
  • La veille économique (veille commerciale, veille concurrentielle, veille marché, veille e-réputation...) vise à surveiller les acteurs du marché, les stratégies commerciales et les évolutions du marché.
  • La veille réglementaire (veille normative, veille brevets, veille juridique...) permet de surveiller les textes de lois, les normes nationales et internationales, les dépôts de brevets, etc.

Identifier les sources

Pour faire de la veille, il convient de puiser ses informations dans des ressources. il faut donc, en premier lieu, identifier et sélectionner des sources utiles :

Les moteurs de recherche peuvent être utilisés pour trouver de telles ressources. La navigation hypertextuelle et la sérendipité feront souvent le reste.

Toutes ces sources sont bien sûr complémentaires. Elle ne sont d'ailleurs pas uniquement sur le Web. En effet, les informations intéressantes pour la veille peuvent provenir d’un document papier, d’une émission TV, d’une personne… Faire de la veille c’est donc être à l’affut de toutes les informations qui traitent le sujet choisi. Pour chaque sujet, il y aura bien sûre des ressources incontournables qu’il faudra parvenir à identifier grâce à des recherches.

Les sources pourront ensuite être regroupées grâce à des gestionnaires de bookmarks et au social bookmarking grâce à des outils tels que Delicious, Spurl, SiteBar.

Collecter et analyser les données

On peut automatiser la collecte de certaines informations par des outils du Web tels que les agrégateurs de flux RSS ou les outils d'alertes. Les flux RSS sont des fichiers au format XML qui décrivent le contenu d'une page web de façon synthétique. L'emploi des flux RSS permet alors de ne plus visiter les sites les uns après les autres, mais de recevoir automatiquement les nouveaux contenus publiés sur les sites surveillés. Cette réception peut se faire dans des outils dédiés : les agrégateurs de flux RSS. Il en existe de nombreux parmi lesquels on peut citer Digg reader, Feedly, The old reader, News Blur, etc. Les outils d'alertes type Google Alertes fonctionnent quant à eux par la repetition automatique d'une requête. On peut citer également Talkwalker Alerts, Alerti, Mention, etc.

Diffuser et capitaliser les informations

Pour que les informations puissent être exploitées par les personnes susceptibles d'en avoir besoin, leur partage et leur diffusion est alors capital. Là encore, de nombreux outils existent :

Enfin, la capitalisation des résultats est à ne pas oublier. En effet, les informations doivent pouvoir être retrouvées facilement en cas de besoin.